18/04/2018

FICAM 2018

Vous voulez approcher de grands réalisateurs ? C'est au FICAM que ça se passe ! Le Festival International de Cinéma d'Animation de Meknès 17ème édition consacrée aux femmes a accueilli des grands noms du cinéma originaires de tous continents.

Vous voulez approcher de grands réalisateurs ? C'est au FICAM que ça se passe ! Le Festival International de Cinéma d'Animation de Meknès 17ème édition consacrée aux femmes a accueilli des grands noms du cinéma originaires de tous continents. Les étudiants venus des quatre coins du Maroc ont eu la chance d'assister à une multitude de conférences, de Work In Progress et autres cartes blanches du 16 au 21 mars 2018. Ils ont également pu participer à des ateliers encadrés par des professionnels de l'animation comme Katherine Rothe, réalisatrice de 1917, la vérité sur Octobre, ou encore Juan Pablo Zaramella, nom emblématique dans le domaine du Stop Motion et de la pixilation.

Parmi les invités, 3 grands réalisateurs, Brenda Chapman (La Belle et la Bête, Le Roi Lion, Le Prince d’Égypte, Rebelle...) , Sunao Katabushi (Princesse Arete, Dans un recoin de ce monde) et Carlos Saldanha (L'Age de Glace, Rio, Ferdinand) ont présenté des masters classes aux étudiants.

Ces leçons de cinéma seront disponibles en intégralité sur le site de Spoiler !

Un retour sur cette semaine forte en émotion est en cours de rédaction par notre équipe pour vous faire revivre cette expérience enrichissante : le palmarès du festival, les coups de cœur de la rédac', les conférences, mais aussi la présentation des intervenants et de leur travail, tant de choses à ne manquer sous aucun prétexte. Un aller-retour au Maroc de votre rédactrice dévouée pour vous partager un festival haut en couleurs.

 

La Master Classe de Brenda Chapman au Festival International de Cinéma d'Animation de Meknès 2018.

 

« Chacun a sa manière de créer une histoire mais les meilleures histoires sont celles écrites avec ses tripes. »

 

Brenda Chapman est une animatrice, scénariste et réalisatrice américaine qui a travaillé pour Disney, Pixar et Dreamworks. On lui doit les plus grands classiques de l'animation: La Petite Sirène, La Belle et la Bête, Le Roi Lion, Fantasia 2000, Là-Haut, Le Bossu de Notre Dame, Sur la route d'Eldorado, Rebelle, Chicken Run et tant d'autres.

Au cours de cette conférence, elle a décrit son processus créatif et ses techniques de développement de récits, personnages et intrigues, sa recette pour rester fidèle à l'histoire qu'elle veut raconter.

 

Elle commence par expliquer qu'il est nécessaire d'ajouter au thème qu'on a choisi un objectif qui va directement changer le caractère du personnage principal.

 

Personnage principal :

Il peut y avoir un personnage principal ou plusieurs qui sont les héros, comme dans Thelma et Louise de Ridley Scott. Mais il peut y avoir comme personnage principal un antihéros, égoïste, tourné vers-lui même, qui n'avance dans le récit que par intérêt personnel (Sherlock Holmes, Shrek).

 

Personnage secondaire :

Il doit supporter le personnage principal dans sa quête. Le « sage » est un personnage secondaire, qui assiste et conseille le personnage principal dans sa quête pour l'amener vers son but. Brenda Chapman a beaucoup travaillé les scènes émotionnelles, par exemple dans Le Roi Lion, au moment où Rafiki montre à Simba Mufasa dans le reflet de l'eau. C'est un cas typique du « sage » qui guide le personnage.

 

L'antagoniste :

Le personnage principal doit surmonter l'antagoniste. Il peut être :

  • un personnage (vilain) → il doit avoir autant de motivation que le personnage principal

  • une circonstance (pauvreté, statut social, une chose hors de contrôle) → ex : Titanic

  • Vilain métaphorique (peurs et faiblesses des persos,...) → ex : l'ours dans Rebelle

 

L'arche des personnages :

C'est le développement des personnages selon la trame scénaristique. Les personnages peuvent apprendre de bonnes ou mauvaises choses.

Parfois, le monde autours d'eux peut évoluer mais pas eux.

 

Plot :

C'est ce dont a besoin le personnage. Le but est d'accompagner le personnage. C'est l'intrigue, le puzzle de l'histoire.

 

Brenda Chapman défend la construction d'une structure en 3 actes :

Acte 1 :

La mise en place comporte la présentation des personnages, de leurs désirs mais aussi le monde dans lequel ils évoluent. Puis l'incident déclencheur va inciter le personnage principal à poursuivre sa quête, ce qui enclenchera le passage au deuxième acte.

 

Acte 2 :

Cet acte présente tous les conflits et obstacles à surmonter.

  • Au climax médian : le personnage doit prendre une mauvaise décision, faire un changement dans une mauvaise direction.

  • Le climax n°1 ou tournant décisif : le personnage doit évoluer pour aller vers le droit chemin.

Acte3 :

Le coup de théâtre doit permettre la fin des conflits et mène le personnage à la résolution de l'intrigue.

 

La réalisatrice conseille de travailler en « post-it », de réunir sur un grand panneau en liège la totalité du storyboard et du scénario sous la forme de ces 3 actes. Elle explique que l'histoire doit prendre la forme d'une phrase telle que « Il était une fois...et un jour...malheureusement...le personnage a besoin de...c'est alors que...finalement... ».

 

Maintenant, il ne te reste plus qu'à attraper un crayon et un cahier et à étaler toute ta créativité sur le papier ! Je te donne rendez-vous très bientôt pour une nouvelle leçon de cinéma !

Par Nina Vilanova